DarkTravel_logo

Tchernobyl

Découvrez Tchernobyl.

Exemple d’une visite de deux jours à Tchernobyl. Nous commençons notre excursion Tchernobyl à Kiev. Tous les papiers, permis, hébergement, transport et assurances ont déjà été arrangés. Dans la matinée nous rencontrons notre guide et notre chauffeur près de notre hôtel à Kiev. En route un film sur la catastrophe de Tchernobyl rafraîchit notre mémoire. Notre guide nous explique quelques faits importants. Après un voyage de trois heures, on arrive à l'entrée de la zone d'exclusion. L'aventure peut commencer.

Le village fantôme de Zalissya.

Après le contrôle des papiers et des permis on se rend dans la région. Lorsqu’on regarde autour de soi, on ne voit aucune indication d’une catastrophe . Le rayonnement ne s’aperçoit pas et est donc un ennemi invisible. C’est pourquoi notre guide dispose d’un compteur Geiger qu’elle vérifie régulièrement. On s’arrête dans le village désert de Zalissya. Bien que nous ne soyons pas autorisés de visiter les bâtiments, nous entrons dans les maisons abandonnées. C’est en fait une sorte d’exploration urbaine qu’on va faire. Je trouve cela génial. Malheureusement la plupart des maisons ont été pillées.Les habitants de la ville ont dû laisser derrière eux leurs maisons, leur biens , leurs souvenirs.. Quelques jours après l'évacuation, les pilleurs sont revenus dans la région pour voler tout ce qui avait une certaine valeur.Ici et là l’on aperçoit encore des objets restés sur place: des véhicules rouillés, des lits, des chaussures..La nature reprend ses droits. Un début impressionnant.

Visiter Tchernobyl

La visite de Tchernobyl est une expérience hors du commun. Impossible de se rendre seul dans la zone interdite. La visite se fait uniquement en groupe avec un guide certifié. Après deux contrôles de passeport, on entre dans la ville de Tchernobyl avec ses rues désertes, quelques Ladas rouillées, entourée par la forêt. Triste petite ville. Surtout quand on sait qu'il y a encore des gens qui y vivent: les personnes âgées qui ne voulaient pas partir et des ouvriers qui travaillent dans la région. À quelques centaines de mètres se trouve une crèche déserte, curieusement aussi l'endroit où le rayonnement est toujours le plus élevé :lieu lugubre avec des poupées abandonnées, des lits rouillés et des sols en contrebas. Un peu plus loin se trouvent les robots et les véhicules téléguidés avec lesquels on a nettoyé le site. Après un bref exposé, on se rend vers la centrale nucléaire explosée. L’apparence de la tour de renommée mondiale cause un sentiment très spécial. Ici, quelques "volontaires" ont essayé de sauver le reste de l'Europe d'un désastre encore plus grave. Cela coupe le souffle. À côté du site se trouve le nouveau sarcophage gigantesque. Bâtiment impressionnant.

Pripjat: la ville déserte

La ville de Pripyat était une ville modèle du gouvernement soviétique érigée pour les travailleurs des centrales électriques à seulement trois kilomètres de la centrale nucléaire. De jeunes familles qui voulaient gagner de l'argent dans la centrale nucléaire, y vivaient. Aujourd’hui Pripyat est une ville totalement déserte où la nature fait face au travail de l’homme. Des rues abandonnées, des fenêtres brisées, des fissures dans les murs de béton: tout cela donne un sentiment particulièrement post-apocalyptique. On a reçu la permission de visiter , sous surveillance, certains bâtiments: l'hôpital, une école, la salle de sport, un café, le centre culturel et la piscine. Toute la ville de Pripyat a été pillée. Elle est pleine d’écritures, de signes, de livres ou d’images contemporaines (1980) des meubles cassés, des poupées abandonnées … Sur la place centrale, la grande roue et les autos-tamponneuses rouillent sous la végétation. Un paradis pour les photographes.C’est ce qu’il faut ressentir en flânant dans un monde abandonné.Cela reste impressionnant à voir: horrible, lugubre et en même temps merveilleux. La beauté du désastre! Surtout le silence frappe! Pripyat est maintenant une ville fantôme et bien que personne n’y vive , elle a sa propre grâce et atmosphère.

Le parc d'attractions et la piscine

Les photos les plus célèbres de Pripyat sont bien sûr, celles du parc d'attractions. Ici, les autos- tamponneuses rouillent sous la végétation, la grande roue ne fonctionnera jamais plus. On marche vers le stade de football envahi par la nature. En apercevant soudain une tribune, on se réalise que le champ de foot lui-même est devenu une forêt. Nous visitons une école où des milliers de masques à gaz reposent sur le sol… la célèbre piscine: sèche depuis des années. Le toit d'un appartement, nous offre une vue magnifique sur Pripyat et ses environs. Au loin, l’on aperçoit le réacteur nucléaire numéro 4. Les appartements ont été complètement pillés. En rentrant, on s’arrête à une tour de refroidissement jamais utilisée, c'est cool de visiter l'intérieur.

Station radar de Duga

L'un des lieux les plus secrets de la zone d'exclusion de Chernobyl est la ville de Chernobyl 2. Ce lieu ne figurait pas sur la carte et constituait une zone interdite. Les résidents locaux ne savaient pas vraiment ce qui se passait ici. Ici se trouvait la gigantesque station radar de Duga. Ce système traçait des missiles à charge atomique au moment de la Guerre Froide. En deux à trois minutes, les dirigeants soviétiques pourraient être informés afin qu'ils puissent réagir.Nous explorons l'endroit où l'espace aérien a été attribué à des objets suspects et où se trouvent les gigantesques mâts. Il est étrange de se promener ici et de réaliser à quel point les Russes étaient en avance sur leur temps, notamment au niveau technologique. Nous explorons quelques bâtiments où nous voyons des espaces très intéressants où des machines ont été utilisées lors de l'espionnage. Tout n'a pas été démoli. Ici et là, des affiches avec de la propagande sont encore visibles et des installations gigantesques sont encore à moitié intactes. Il est intéressant de marcher le long des énormes mâts Duga. L'énorme structure en acier mesure 460 mètres de long et 100 mètres de haut. Après la catastrophe, l’antenne a été désactivée et transférée à un autre endroit. Dans la zone interdite, nous visitons l'hôtel, un appartement et une école.

Le sarcophage du réacteur nucléaire 4

Au moment de l'accident, certains réacteurs étaient encore en construction. Celles-ci n'ont jamais été achevées. Autour du réacteur numéro 4, où la catastrophe a eu lieu, un énorme sarcophage en béton a été construit pour protéger les substances radioactives. Le sarcophage actuel a été récemment placé parce que l’ancien montrait des fuites. Le nouveau sarcophage est la plus grande construction mobile jamais construite par l'homme.Les dimensions titanesques de l’hyperstructure impressionnent: haut de 108 mètres ce sarcophage affiche une longueur de 162 mètres pour une portée de 257 mètres. Avec ce nouveau sarcophage, on espère tout sécuriser au cours des 100 prochaines années. 32 ans après la catastrophe, le réacteur émet toujours de la radioactivité. Lorsqu’on regarde les réacteurs à distance, on ne dirait pas qu’on se trouve à quelques mètres d’une zone sinistrée.

 

Le véritable épicentre de Tchernobyl

D'où Anatoly Dyatlov a commandé ses collègues et a mené la situation à l'explosion nucléaire la plus (in)célèbre du monde. Cette pièce, où le bouton de l'AZ-5 (SCRAM) a été enfoncé trop tard. LA salle de contrôle n°4. Fermée depuis plus de 30 ans, elle est maintenant sûre et vous permet de jeter un coup d'œil à la partie la plus épique de l'histoire de Tchernobyl. Un endroit où le temps s'est arrêté au moment même où le réacteur 4 (à seulement 30 mètres de là) a explosé le 26 avril et a changé l'histoire de l'humanité et le destin de millions de personnes.

Tchernobyl en vaut-il la peine?

Nos attentes étaient grandes et elles ont été pleinement réalisées. En fait, cela nous a vraiment plu. L'histoire de cet endroit est assez intrigante. Il est difficile de s’imaginer les conséquences de la catstrophe qui a eu lieu ici pour l’ensemble de l’Europe. Les effets du rayonnement sont toujours présents, même si on ne les voit pas. Le morceau de tissu que le compteur Geiger a tellement attiré, ou le rayonnement de la forêt rouge. Le danger est toujours présent. Entrer secrètement dans les bâtiments sans y être autorisé et laisser de la place pour explorer les bâtiments. Nous étions complètement dans notre élément pendant toute la tournée. Si nous avions la chance d’y retourner,, nous le ferions certainement. Découvrir encore d’autres bâtiments et prendre plus de photos. Une expérience de voyage vraiment unique, un voyage formidable.

Est-ce dangereux de visiter Tchernobyl?

La visite guidée de Tchernobyl ne présente pas de danger. La radiation y est négligable. La quantité maximale est de 3 microSv.. Cependant, vous serez soumis à un dépistage régulier lors de votre visite à Tchernobyl. Ecoutez attentivement le guide et faites ce qu’il dit. Ne touchez pas les objets car les poupées, les peluches et les livres sont contaminés par des radiations radioactives. Faites attention aux champignons et ne marchez pas dans la mousse. Pendant l’excursion, le guide dispose toujours d’un compteur Geiger qui émet automatiquement un bip lors d’une augmentation.